PAPA, où t'es ?

 PAPA, où t'es ?

PAPA, OÙ T'ES ?

Création RomanSpectacle - chapitre 1

" Quand nous avons passé un certain âge, l'âme de l'enfant que nous fûmes et l'âme des morts dont nous sommes issus viennent nous jeter à poignée leurs richesses et leurs mauvais sorts, demandant à coopérer aux nouveaux sentiments que nous éprouvons et dans lesquels, effaçant leur ancienne effigie, nous les refondons en une création originale. » Marcel Proust

« Les Nouvelles du bon vieux Cheval  avant d'oublier" : Une auto-bi(bli)ographie de et par Philippe Mathé

Créations 2020/2023 - Triptyque scénique :  Vieux Cheval et les masculins singuliers

1 - « Papa, où t'es ? » Les morceaux d'un père recousus par son vieux fils   Solo théâtral -Vieux Cheval se demande: on naît homme et on le devient ?  

création 2020-2021 - avec des Textes de :Alexis Jenni, Pascal Bruckner, Belinda Cannone, Yvon Jablonka, etc... et Philippe Mathé

2 - « Ça peut pas faire de mâles » Des récits au masculin pluriel   BiblioConcert - Vieux Cheval chatouille l'éducation des machos :  

re-création de 2015 en 2021 - avec des Textes de : R.Gary , D.Thomas, C.Laurens, N.Rey, M.Villard, Ph.Claudel , A.Cathrine, P.Adam - Chansons de Brassens, Gainsbourg, Sylvestre, Nougaro, Lapointe, Brel, Salvador...

3 - « Juste un homme juste » Homme de courage face aux hommes de violences  - RécitaLivre : Vieux Cheval raconte une guerre de virilisation :  

création 2022 - avec le roman de Joseph Kessel « Les mains du miracle » (Gallimard)

------

« Les Nouvelles avant d'oublier » du bon vieux Cheval

Je viens d'avoir soixante ans. Je fais professionnellement mon travail d'artiste à la charnière littérature-théâtre depuis 1985.  Considéré comme un « bon vieux cheval » soit, mais avec Montaigne, si « depuis un long trait de temps je me suis envieilli, assagi je ne le suis certes pas d'un pouce ».   Nouvelles d'un vieux Livracteur - La vieillesse ça commence avec les trois même lettres que vie, et pourtant ça la termine. Mais « ce n'est pas parce-que je suis un vieux pommier que je donne de vieilles pommes ».(FL) 

C'est le moment de prendre des fruits mûrs poussés hier, récolter le nécessaire et presser de toutes les dernières forces, pour abreuver les déshydratés d'aujourd'hui ; de tenir-à-dire un journal de bord-de-soi, avant de passer par-dessus. Avant de s'oublier et de se perdre, méconnu. Mais (L)ivre d'avoir servi à quelques-uns ? Se ressouvenir d'être(s) auteurs de nos jours, donneurs de vie, passeurs et créateurs. Et prendre le temps qu'il faudra, tant qu'il y a à dire, jusqu'à ce que la mort me fasse taire. Pour transmettre, pardonner, saluer et remercier.

Le sujet des MASCULINS SINGULIERS en trois spectacles 

C'est un sujet que j'ai abordé dans deux des trois chapitres du Roman d'un Lecteur (2000/2005) avec les romans de Philippe Claudel et une soixantaine d' écrivains « tissés »...Mais les années ont passées, et je continue à vivre et à voir dans l'actualité que le mal vient encore souvent des mâles, des hommes multi-violences, quand le féminisme et ses combats devrait avoir modifié les mentalités. Je crois que c'est le moment pour moi, bon vieil humain passionné de livres et récits, artiste par vocation et toujours créateur malgré les lâches diffamateurs et vaniteux(ses), interprète à la mémoire demain trouée, de reformuler 1) le père, 2) le macho et 3) le guerrier...pour une nouvelle masculinité, singulière.

Pour réfléchir à ce qu'est la construction sociale d'« un mâle » singulier et pluriel à l'époque d'une nouvelle égalité hommes-femmes, je me suis appuyé entre-autre sur l'essai d'Ivan JABLONKA (Seuil 2019) « Des hommes justes – du patriarcat aux nouvelles masculinités » et l'émission Podcast+Livre de Victoire Tuaillon « Les couilles sur la table » (Binge Audio 2019) et bien sûr sur de nombreux romans publiés dans les dix dernières années.

Qu'est-ce que ça veut dire être un homme aujourd'hui ? Comment fabrique-t-on les petits garçons à une masculinité de demain ? Qui sont les conjoints violents et pourquoi ? Le patriarcat peut-il être déconstruit et reformulé ? Le mâle est-il en crise ou en progrès possibles avec les femmes et les autres hommes ? Comment en finir avec l'ancestrale domination masculine ? Comment être un homme qui reste viril en étant l'allié des féministes ?...

Début de l'Essai d'Yvon JABLONKA (Seuil 2019) « Des hommes justes – du patriarcat aux nouvelles masculinités » : Révolutionner le masculin

« Les hommes ont mené tous les combats, sauf celui pour l'égalité des sexes. Ils ont rêvé toutes les émancipations, sauf celle des femmes. À quelques exceptions près, ils se sont accommodés du fonctionnement patriarcal de la société. Ils en ont tiré profit. Aujourd'hui comme hier, les privilèges de genre sont endémiques partout dans le monde. Façonnés par des millénaires et stéréotypes et d'institutions, le modèle du mâle traditionnel est périmé. S'il est à la fois ringard et néfaste, c'est parce qu'il est une machine à dominer – les femmes, mais aussi tous les hommes dont la masculinité est jugée illégitime.Voici la prochaine utopie : inventer de nouvelles masculinités. Transformer le masculin pour qu'il devienne compatible avec le droit des femmes et incompatible avec les hiérarchies patriarcales. La famille, la religion, la politique, l'entreprise, la ville, la séduction, la sexualité, la langue pourraient en être bouleversées.             Dans tous les pays, quelle que soit la situation des femmes, il est urgent de définir une morale au masculin pour l'ensemble des actes sociaux. Comment empêcher les hommes de bafouer les droits des femmes ? En matière d'égalité des sexes, qu 'est-ce qu'un « mec bien » ? Aujourd'hui, nous avons besoin d'hommes égalitaires, hostiles au patriarcat, épris de respect plus que de pouvoir. C'est l'une des conditions de la démocratie. Juste des hommes, mais des hommes justes. »

L'ouvrage passionnant et très actuel de l'historien et écrivain (Prix Médicis, Prix du Sénat, Prix France Télévision) est un gros livre de plus de 400 pages que peu de collégiens, lycéens ou parents prendront le temps de lire. Ce livre d'août 2019 est arrivé à un moment important de mon parcours personnel et donc aussi artistique. Il synthétisait et ouvrait. C'est un sujet que j'avais physiquement et moralement éprouvé dans ma vie, que je traduisais (et expérimentait dans mon parcours professionnel et familial) par ... »et si tout le mal venait des mâles qui dominent hommes et femmes et polluent tous les milieux de la planète ? »

Je l'avais déjà abordé (entre autre) avec le Triptyque du Roman d'un Lecteur ( C'est tout son père ! et "Tout seul comme un grand!" 2001> 2008) et en 2015 dans le BiblioConcert joué une seule fois (le 13 novembre ! ) « Ca peut pas faire de mâles », que je souhaite reproposer dans le triptyque des Nouvelles du Vieux Cheval.    

C'est le sujet qui traversait et traverse encore pour moi les blessures de l'actualité (attentats, extrémismes politiques, affaires Weinstein et MeeToo, violences conjugales et sociétales, armes et guerres tant virtuelles que réelles, pouvoirs de l'argent-roi et du cynisme général, Conscience écologique et spirituelle, abus pédophiles, perte d'utopies humanistes, éducation des jeunes garçons (et filles)... à une époque bouleversée, en mutation, mais vivifiante, révolutionnaire même pour un pré-retraité de la culture...) Et c'est justement parce-que j'ai l'âge du vécu que je peux dire et mettre en scène des sujets inabordable il y a encore dix ans. 

Mais le livre de Jablonka n'est pas une fiction et c'est mon travail de « passeur » de livres de composer une histoire, un Récit biblio-théâtral qui « concrétise » les thèmes abordés par l'essayiste. Et ainsi de « transformer l'Essai » en œuvre de spectacle vivant : se souvenir pour dire adieu à une époque, et en ouvrir une nouvelle...en en faisant œuvre (de service) publique. J'avais déjà en réserve l'envie et l'idée d' »en revenir aux pères » et j'avais écrit des nouvelles personnelles qui racontaient, pour moi, cette figure symbolique ayant fait de moi un bon-homme...
Je suis le fil de mon histoire réelle mais j'y ai associé aussi, principalement, celles de Pascal Bruckner et Alexis Jenni (et quelques autres, dont des autrices) qui, bien que de publications récentes, étaient déjà en adaptation dans mes tiroirs et complétaient, voire élargissaient les morceaux de vie d'une relation père-fils.  Ces écrivains de fiction sont entre le témoignage, la confession, et l'accompagnement. Mais littéraires. L'idée de partir d'une histoire « personnelle » (issue de multiples voix) pour interroger les sujets et l'espoir développés par Yvon Jablonka, les concentrer en une « histoire scénique » et lui donner ainsi une valeur plus universelle et actuelle, tel est le propos de mon solo théâtral : « Papa, où t'es ? » ou Les morceaux d'un père recousus par son vieux fils                    

(PhilM été 2019)

Textes extraits de :

Textes extraits et adaptés de : Alexis Jenni « Féroces infirmes » et « Elucidations » (Gallimard 2013/2019) Pascal Bruckner « Un bon fils » (Grasset 2014) Belinda Cannone « Le don du passeur » (Stock 2013) Arno Geiger « Le vieux roi en son exil » (Gallimard2011) Anne Pauly « Avant que j'oublie » (Verdier 19) , Mara Goyet "Ça va mieux ton père?"(Stock 2018) Grégoire Delacourt « Mon père » (Lattès 2019)  Thierry Crouzet "Mon père, ce tueur"(Manufacture des Livres 2019), Sorj Chalandon,etc... et écrits de Philippe Mathé

La personne la plus mystérieuse pour moi c'est mon père. Celui qui, bien que ne m'ayant pas désiré, m'a donné des trucs pour devenir un « gars viril » et un papa à mon tour, plus tard, dans une autre époque que la sienne et celle de ses parents. Mais voilà, il n'imaginait pas le futur de décompositions, divisions, destructions, y compris celles de la planète, non plus que les paroles libérées qui exploseraient les références anciennes. Mais voilà aussi : je me suis senti très tôt en décalage avec les modèles proposés, avec les us et coutumes de la virilité qu'il me transmettait (en sport, en amitié, en amour, à l'école, à l'université, au travail, et en famille...) ; et je me sens encore mal à l'aise dans cette éducation du masculin et face aux codes sociétaux actuels qui pérennisent une domination patriarcale, alors que le féminisme remet tout en questions.

Je crois que l'on peut combattre les travers du pouvoir masculin traditionnel, en tant qu'homme qui interroge la possibilité d'être « un mec bien » ; je fais ces spectacles pour en parler aux garçons, aux adultes, aux pères et aux femmes. Renouer le dialogue des pères et fils. Renouer les fils des pères.

Avec le temps je l'ai enterré, mon père, et pourtant il reste une figure permanente ; alors « avant d'oublier » et, si cela peut servir à d'autres, je vais « recoudre » des bribes, des facettes de lui (en me servant surtout de textes courts extraits de livres récents) Dessiner son portrait en creux et pleins, c'est rendre lisible le mien, en déliés : j'y glisserai donc deux nouvelles personnelles (qui, avouées de son vivant, auraient tué mon géniteur...)

Pourquoi en revenir au père ? Face aux luttes et victoires du féminisme il reste un tabou et des stéréotypes « à la peau dure » que les hommes ne veulent entendre et modifier. J'ai eu « à voir » avec le premier homme de ma vie. Et de ma vieillesse. J'ai appris de lui de belles choses qui me sont moralement et intellectuellement utiles dans ce monde épileptique qu'il n'a pas connu, mais auquel je m'affronte. Avec tous. Et d'autres trucs transmis qui coincent encore, qui parlent de sa violence de mâle, son alcoolisme, ses gestes agressifs sur sa femme, ses idées parfois extrêmes et sa guerre dont il ne m'a rien dit. Et puis, ce père a perdu des morceaux de sa mémoire, atteint de la maladie d'Alzheimer. Il a bien fallu s'en occuper. De ce père passé, présent, passant et à transmettre. Et l'aider à « mourir dans une dignité humaine », comme il me l'a demandé.

À la façon d'un « Je me souviens » en morceaux décousus-recousus, pris dans les histoires littéraires fortes, voilà une « histoire de -deux- vieux » qui peut donner à penser pour demain. Devant l'actualité qui pointe le pouvoir des mâles, réinterroge la masculinité et le patriarcat, je cherche à « élucider » cet homme. Cet auteur de mes jours je le remets en scène en jouant alternativement son rôle, et le mien, et pour tous ceux (garçons adolescents, jeunes hommes ou pères ou grands-pères) qui regarderont. Je remets « du jeu » entre lui et moi, entre nous : des zones de battements affectueux.

Et « si j'invente, c'est que je me souviens mieux que je croyais » .

Cela signifie quoi « naître et être homme » ? S'il est probable que la question titillait déjà notre ancêtre Cro-Magnon au moment d'affronter un mammouth, elle s'impose fort aux Sapiens de l'ère post #MeToo. Bien au-delà des dégâts causés par l'injonction faite aux garçons d'être forts et de ne pas pleurer, c'est à travers le récit d'une relation père-fils singulière que sont interrogés avec les jeunes gens (et parents) la notion et comportements de virilité, en racontant l'itinéraire d'un fils ayant refusé des stéréotypes ancrés dans nos sociétés... Est-il possible de questionner « l'émancipation masculine » ? Cela signifierait quoi choisir « devenir un homme juste » ?

-----

Philippe MATHÉ - les T.H.É. MA. (tToutes Histoires Écrites MAgnétisent) du Théâtre de la Mémoire et du BiblioThéâtre

Depuis plus de trente ans je suis interprète de mes deux passions la littérature et le théâtre. Je lis à haute-voix, je mets en actes, en musique et en spectacles les textes des écrivains classiques et contemporains qui, dans la Littérature française ou mondiale, offrent « des récits pour nos lanternes ». Je réalise un théâtre narratif littéraire populaire pour promouvoir les spectateurs en lecteurs, pour « relire et relier les vivants » 

À mon répertoire j'ai créé et tourné plus de vingt-cinq créations originales (voir site : bibliothéâtre.org) et de nombreuses participations, comme comédien ou metteur en scène sur des spectacles d'équipes régionales en Pays de Loire et ailleurs.(TRPL, Ephémère, Ange Rebelle, Mémoire, etc...)

J'ai souvent oeuvré sous forme de T.H.É.MA. pour apprivoiser le public (qui aime ou qui refuse la littérature et les livres )  à des formes de proximités (FeuilletonLectures, BiblioConcerts...) qui, jouées au plus près de lui, lui donne confiance dans l'artiste-créateur transmetteur et lui donne l'envie de pousser la porte d'un théâtre ou d'un lieu culturel pour venir voir des formes plus « théâtrales » que je propose (...RomanSpectacles).

Les THÉMA antérieurs : La Nouvelle à voix haute - Littérature et Danse - Auteurs en scène (Bobin, Rushdie, Maupassant, Buzzati, Saint-Exupéry, Annie Saumont...) - Soliloques croisés (Nouvelles et textes de théâtre classique) -  

...liste T.H.E.MA. des RomanSpectacles du BIBLIOTHEATRE :

La Lecture : (1- Bohumil Hrabal Une trop bruyante solitude – 2 -Ray Bradburry Les cœurs à l'ouvrage, 3 – Jean-Marie Gourio L'ivre de Lecture, 4 – Salman Rushdie Haroun et la mer des histoires)

La Famille : (Le roman d'un Lecteur Tryptique d'après 3 romans de Philippe Claudel et 80 auteurs "associés" : 1 -C 'est tout son père ! 2 -C'est tout sa Mère ! 3 -Tout seul comme un grand !)

Le sport : 1 - Multiauteurs Vestiaires – 2 - Multiauteurs Fair-Play

L'Ecole : 1 - Daniel Pennac Chagrins d'école – 2 – Multiauteurs jeunesse La photo de sixième

Croire : 1- J.Rictus / JC.Guillebaud / E.Adely – La bête à bon dieu – 2- Albert Camus La peste (créé dans le Tambour : chapiteau des livres en scènes)

No(s)Limit(es) : 1 - Eric Fottorino En avoir le cœur net – 2 - Multiauteurs jeunesse Passés au rouge

Des mains à l'oeuvre : 1 - Multiauteurs La main Levée – 2 - Multiauteurs La beauté des gestes

et les BiblioConcerts Multiauteurs et chansons - Les Salades amoureuses, Vins de Fables, Féminines pluriel, Des mots pour toit, Les fruits du hasard,... et une quinzaine de créations spécifiques en Festivals avec musiciens Classiques

et plus de 1001 LECTURES sur écrivains ou thématiques (dont 200 « Heures d'Oeuvres »)

en 2020/2023 : Les Nouvelles du Vieux Cheval   et Les masculins singuliers

1 - Multiauteurs Papa, où t'es ?    /   2 - Multiauteurs Ca peut pas faire de mâles    / 3 – Kessel Juste un homme juste

Après avoir beaucoup été le colporteur, porte-parole des auteurs dans toutes mes Lectures et mes Spectacles (créations originales et adaptations), j'ai aussi choisi de livrer des textes jusqu'à présent  tenus au silence dans des cahiers. Deux travaux sont en cours : « Nouvelles écrites dans mes paumes » et un essai sur la Lecture à voix haute.

Agenda

NOUVELLES NOUVELLES !!!
samedi 25 juillet 2020 14h30 (30min)15h30 (30min)16h30 (30min)
Alors, quelles Nouvelles ? trois demi-heure d'oeuvres Maupassant-Sepulveda-Saumont / cloître BM Toussaint

NOUVELLES NOUVELLES !!!
6 août 2020 19h00
Jeux-dits d'août : "Loire en Vacances" Librairie ParChemins /St Florent le Vieil

NOUVELLES NOUVELLES !!!
13 août 2020 19h00
Jeux-dits d'août : "Maupassant par là" Moulin de l'Epinay /Chapelle StFlorent

NOUVELLES NOUVELLES !!!
20 août 2020 19h00
Jeux-dits d'août : "Vus par les femmes" Maison Gracq / StFlorent le Vieil

NOUVELLES NOUVELLES !!!
27 août 2020 19h00
Jeux-dits d'août : "Marins d'eaux douces" Cap Loire /Montjean sur Loire

Toutes les dates

Contact

bibliotheatre@wanadoo.fr
Tél : 02 41 18 09 92 / 06 83 20 15 84

BP 54 Abbaye Mauriste 2 rue Charles de Renéville
Saint Florent-le-Vieil 49410 Mauges-sur-Loire

Newsletter


Partenaires